Acheter une chambre de bonne

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2019

Sommaire

Acheter une chambre de bonne

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Située dans des immeubles datant le plus souvent du XIXe siècle, au dernier étage – celui réservé au personnel de service –, la chambre de bonne constitue un investissement immobilier très rentable. D’ailleurs, la réglementation a été revue pour que ce type de logement réponde à un minimum de confort.

Cette fiche pratique vous présente comment acheter une chambre de bonne.

 

 

1. Renseignez-vous sur la réglementation propre aux chambres de bonne avant d'en acheter une

La chambre de bonne est dotée de caractéristiques propres :

  • dans de nombreux cas, les sanitaires voire la douche sont sur le palier ;
  • la surface est petite (moins de 15 m²) ;
  • il n'y a qu'une seule pièce ;
  • elle possède une fenêtre de toit.

Pour autant, malgré la promiscuité, vous pouvez acheter une chambre de bonne en vue de la louer ou d'y habiter :

  • si la surface habitable est de 9 m² au minimum sous 2,20 m de hauteur de plafond ;
  • ou si le volume habitable est d’au moins 20 m³.

2. Vérifiez certains aspects communs à tous les types de biens immobiliers

Des critères relatifs au logement décent sont à prendre en compte pour pouvoir acheter une chambre de bonne :

  • des réseaux électrique, eau (s’il y a un point d’eau) et gaz conformes ;
  • un éclairage naturel suffisant ;
  • une ouverture permettant de changer l’air de la pièce ;
  • un évier avec eau chaude et eau froide ;
  • un endroit pour faire chauffer un repas ;
  • un chauffage normal, correctement alimenté, et avec évacuation des produits de combustion le cas échéant.

Outre la réglementation propre au logement décent, d'autres éléments communs à tous les types de biens immobiliers sont à contrôler au moment où vous visitez la chambre de bonne avant de l'acquérir :

  • l’entretien des parties communes (escalier d’accès, sanitaires, douche…) ;
  • l’isolation phonique avec les autres chambres du palier ;
  • l’état du sol ;
  • les procès-verbaux des 3 dernières assemblées générales et, si possible, des autres réunions afin de savoir ce qui va bien ou pas dans l’immeuble.
Faites-vous remettre les diagnostics obligatoires. Comme la chambre de bonne se trouve nécessairement dans un immeuble ancien, le vendeur doit vous présenter un dossier diagnostic technique comprenant la performance énergétique, l’exposition au plomb et à l’amiante, l’installation électricité, l’installation gaz, les termites… et si nécessaire les risques naturels, miniers, technologiques.
Lire l'article Ooreka

3. Déposez une offre d’achat

Adressez une lettre au vendeur en recommandé (ou remettez-lui en main propre) dans laquelle vous indiquez votre identité, vos coordonnées, les mêmes informations pour le vendeur, une description de votre bien et votre proposition de prix.

Votre prix doit tenir compte :

  • des éventuels travaux de remise aux normes ou d’amélioration pour rendre le logement totalement décent ;
  • le loyer que vous pourrez en tirer si vous destinez le bien à la location :
    • autour de 300 € si les sanitaires et douche sont à l’extérieur ;
    • 500 € si une cabine de douche avec WC est installée dans la chambre.
Consulter la fiche pratique Ooreka
Télécharger le document Ooreka

4. Concrétisez l'achat de votre chambre de bonne

Une fois la visite faite et les diagnostics techniques lus, un certain formalisme commun à l'achat de tout type de bien immobilier est à respecter pour acheter votre chambre de bonne.

Signez la promesse de vente

Si votre offre est acceptée, signez la promesse de vente qui reprend, notamment, les caractéristiques du bien ou bien vos réserves et conditions pouvant remettre en cause la transaction.

Parmi les conditions à la vente, il y a votre financement. Précisez la manière dont la transaction va être réglée :

  • crédit immobilier ;
  • revente d'un autre bien ;
  • déblocage d'un héritage, d'un placement (assurance-vie, épargne salariale…).

Indiquez également en quoi la source de financement peut remettre en cause la vente :

  • prêt immobilier refusé ;
  • vente retardée ;
  • contestation de la répartition de l'héritage.

Signez l'acte de vente

À la date prévue, si les conditions prévues sont réunies et les réserves levées, retrouvez le vendeur chez le notaire pour signer l’acte de vente. Versez le montant convenu, moins l’éventuel acompte de 10 % que vous pouvez avoir versé à la promesse de vente.

Lire l'article Ooreka
Achat Immobilier

Achat Immobilier : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Des conseils sur les biens et les modalités
Télécharger mon guide